Entre 2007 et 2016, l’initiative « Luxembourg, pôle économique de la Grande Région » avait soutenu le positionnement du Grand-Duché en tant que site économique majeur de la Grande Région. Elle insistait particulièrement sur la commercialisation des sites. Aujourd’hui, il s’agit de réagir par des mesures appropriées aux nouvelles évolutions de la consommation et à ses nouveaux enjeux.

Les structures du commerce de détail perdurent à travers le changement. Le comportement du consommateur ne cesse de se modifier et gagne en complexité ; l’évolution démographique nécessite une adaptation des concepts commerciaux ; la digitalisation impacte presque tous les domaines de la société. Il en résulte des lacunes dans la distribution de proximité, et la disparition des commerces indépendants « gérés par le propriétaire » a des conséquences parfois dramatiques sur l’attractivité et la personnalité des centres-villes. Outre sa fonction d’approvisionnement local, le commerce en points de vente fixes a une fonction patrimoniale (cohérence du discours urbain et architectural), mais également un rôle de lien social et, bien sûr, une mission économique dans les villes et les communes. La multiplication des fermetures est donc un problème structurel qui impacte tout la ville.

Pour réussir le développement d’une activité commerciale à notre époque où tout va vite et mettre en lumière des possibilités d’évolution résolument tournées vers l’avenir, il faut des conditions propices. Le Pakt a pour mission de s’assurer des démarches entreprises pour améliorer ces conditions : une nouvelle dynamique du commerce de détail ; plus de compétence et d’emploi dans le secteur ; un aménagement du commerce de détail en adéquation avec les besoins de la population et l’évolution démographique ; le développement d’un commerce multicanal ; une meilleure commercialisation de la place économique et, enfin, une hausse des ressources publiques.

Il faut faire face à l’évolution de nos cités et du commerce de détail dans un esprit d’ouverture : ouverture aux initiatives innovantes et à de nouvelles formes de collaboration et d’échanges qui inaugurent une autre façon de vivre la ville. Encourageons et suscitons les expériences à partir des constats d’évolution de la société : puisque les modes de vie s’individualisent, reconnaissons que les besoins des villes se diversifient.